Allez à la rencontre d'une artiste aux multiples talents dont l'engagement et la détermination la mèneront dans ce qu'on pourrait appeler l'art véritable : jusqu'au bout de soi, sans concession aucune, par le corps, la voix, l'écriture et ses créations sonores qui accompagnent si magnifiquement son chant, sa danse et ses mots

Depuis plus de 35 ans et en

véritable précurseur, elle a été la première à baser son travail de chorégraphe sur l'association du yoga et de la danse auxquels elle a ajouté le chant. Son écriture chorégraphique caractérisée par la lenteur du geste donne à ce corps devenu sonore par l'utilisation de la voix chantée, l'impression d'être en état de suspens

Hommage à la Terre
du son plein les oreilles et des images plein les yeux
extrait du Poème de Salomon, chant, création projet, création sonore, tous droits reservés : Isabelle Barbat

Combien de fois me suis-je perdu dans le flanc de ces montagnes parfois si hautes, parfois si vastes qui finissent si naturellement en plaines vagabondes ?
Combien de fois me suis-je plongé dans la douce mer aux sons des cigales nichées dans le secret des criques impénétrables ?
Vous parlerai-je de cet océan féroce le long de sa dune qui porte encore la triste signature de mon pays avec ces blokhaus immuables ? Tant de fois au risque de ma vie, je passerai la barre de vagues qui cache aux non-initiés le grand large ouvert sur d'autres horizons.
Et les lacs, les si beaux lacs, les bleus, les blancs, les noirs, ceux qui se glissent nonchalamment dans le vert des glaciers, d'autres, vestiges de l'ancien volcan, d'autres encore plus discrets qui accueillirent mes premières nages et, les indéfinissables qui permettent à tous ceux d'entre nous de dépeindre comme bon nous semble ces masses imposantes. Nous avons les mots, les couleurs, les sons pour leur donner un peu de notre nom.
Ah ! j'oubliais les plateaux ! Immenses plateaux suspendus au ciel dont certains par leur isolement rappellent ces déserts lointains qui offrent à celui qui sait les affronter la possibilité de ne plus penser.

extrait du roman : "Moi, soldat du IIIème Reich"
auteur : Isabelle Barbat copyright 2006 all rights reserved
Sur la scène du Mandapa à Paris



Isabelle Barbat
sur la scène du
MANDAPA
dans 
REQUIEM POUR UNE ÂME SEULE 
et 
WIND’S STORIES 

2 solos de danse

dans lesquels la danseuse intervient aussi par le chantSi on pouvait qualifier Isabelle

on pourrait dire d'elle

qu'elle a la couleur du voyage
qu'elle a la couleur de ce qui n'est jamais définitif
où la danse et le chant ne font qu'un seul corpsvendredi 15 mai 09 20 : 30
samedi 16 mai 09 20 : 00
dimanche 17 mai 09 17 : 00
réservation recommandée 15 euros
6 rue Wurtz 75013 PARIS 01 45 89 01 60 mandapa@wanadoo.fr
dessin : Isabelle Barbat