Allez à la rencontre d'une artiste aux multiples talents dont l'engagement et la détermination la mèneront dans ce qu'on pourrait appeler l'art véritable : jusqu'au bout de soi, sans concession aucune, par le corps, la voix, l'écriture et ses créations sonores qui accompagnent si magnifiquement son chant, sa danse et ses mots

Depuis plus de 35 ans et en

véritable précurseur, elle a été la première à baser son travail de chorégraphe sur l'association du yoga et de la danse auxquels elle a ajouté le chant. Son écriture chorégraphique caractérisée par la lenteur du geste donne à ce corps devenu sonore par l'utilisation de la voix chantée, l'impression d'être en état de suspens

Des Bienveillantes de Jonathan Littell à Moi, soldat du IIIeme Reich d'Isabelle Barbat


C'est l'histoire de deux personnes qui ne se sont jamais rencontrées et qui pourtant dans un même temps se plongeaient dans une drôle d'histoire. L'histoire d'une mémoire : celle des camps de concentration.
vous connaissez sûrement les uns les autres l'une de ces deux personnes : Jonathan Littell...
Oui, oui, c'est bien lui... l'auteur des bienveillantes, magnifique livre... lui qui a employé le "je" pour raconter la vie d'un chef de camp de concentration.
En revanche je ne crois pas que vous connaissiez la seconde personne...
Je vais vous raconter un peu de son histoire :
elle s'appelle Isabelle Barbat
un peu plus agée que Jonathan Littell, elle voyage depuis des années à travers le chant, la danse et l'écriture.
Pour elle, il n'y a pas de différence entre toutes ces expressions, elles sont chacune la continuité de l'autre, le substitut lorsqu'une ne peut être, la source d'inspiration à celle qui n'a plus la force d'exister...
En 1998, alors que Jonathan Littell commençait à se documenter sur l'histoire des camps, Isabelle Barbat, de son côté, élaborait les premières esquisses de sa création chorégraphique : Requiem pour une âme seule, solo de danse dans lequel elle intervient aussi par le chant avec, entre autre, le Kaddish de Maurice Ravel- le Kaddish, faut-il le rappeler, est la prière juive des morts.
puis en 2001, elle commence l'écriture de Moi, soldat du III ième Reich tout en continuant son travail sur Requiem pour une âme seule
... Moi, soldat du III ième Reich ?
C'est l'histoire de ce jeune soldat allemand qui se retrouve dans les camps de concentration... bourreau ? victime ? de cette guerre... allez savoir...
Isabelle Barbat emploie le "je" et raconte cette histoire comme si cela avait été la sienne...
histoire de l'engagement de soi sur la VERITABLE voie même au risque de mourir... et toute la difficulté de vivre après guerre avec toutes ces histoires que l'on n'aurait pas voulu subir ou faire subir...
Je vous donne le titre de la première partie de son roman : Requiem pour une âme seule
Et la danse, et le chant, et l'écriture ne sont que continuité de l'une à l'autre, pour l'autre, dans l'autre.
Vous voulez la voir danser et l'entendre chanter ?
Il y a déjà ce lien : https://plus.google.com/109969350346473412391/videos 
Elle sera les 28, 29, 30 novembre 2006 à 21 heures au THEATRE DU PETIT VELO Clermont-Ferrand
bon voyage à tous